29 juin 2015

L'Art du jeu, Chad Harbach

                L’Art du jeu est un bon, un très bon roman américain. Tout le roman suit la trajectoire d’une équipe de baseball d’une université américaine. Les liens entre les personnages se tissent à partir de leur rapport à ce jeu. Construit sur le mythe du self-made man, le roman donne à voir les faiblesses et les forces de ce thème typiquement américain. Aller toujours plus loin, toujours plus haut, est indubitablement dangereux, au point de se perdre soi-même. C’est l’expérience que fait le jeune Henry, dont nous suivons la montée fulgurante au sein du monde du baseball et la chute, vers les abîmes de sa conscience et de sa confiance perdue.

                Parallèlement à la construction et la destruction de la confiance face à la pression du sport de haut niveau, la question qui pour moi reste centrale est l’entrée dans l’âge adulte mais aussi celle des rapports qu’entretiennent les générations. Ce roman d’apprentissage met en scène quatre personnages principaux qui sont des adolescents passant à l’âge adulte. Ils sont confrontés à leurs responsabilités, loin de leur famille et ils commencent à construire leur vie. Un autre personnage gravite autour d’eux. Il s’agit du président de l’Université et qui est aussi le père de l’un d’entre eux. Ce personnage donne une autre portée à la question de l’âge adulte. Au fur et à mesure, il se découvre et le lecteur entrevoit l’adolescent qui sommeille toujours en lui. Peu importe leur âge, les personnages se ressemblent. A cette interrogation sur le vieillissement se mêle le thème de l’homosexualité. Le président tombe amoureux d’un étudiant et entame une relation avec celui-ci. Ce rapport est traité sans aucun jugement. Les interrogations sont celles des personnages et non de l’auteur omniscient jetant un regard critique sur ceux-ci. La force tient dans les faits et non dans le jugement. Aucune morale ne vient clore le roman. C’est un des points que j’ai particulièrement apprécié. Chad Harback laisse son lecteur s’interroger lui-même.


                Ce roman est une magnifique histoire d’amitié, qui passe au-delà des préjugés et des déjà vus en terme de roman d’apprentissage. Une très bonne lecture qui m’a fait découvrir le baseball (et dont je n’ai pas encore compris toutes les règles) ! 


L'Art du jeu, Chad Harbach, Le Livre de Poche
Juin 2013, 8,10

2 commentaires:

Marianne De fil en critique a dit…

Ce livre m'a l'air vraiment sympathique, surtout pour l'amatrice de baseball que je suis je l'ajoute à ma liste de livres à lire. Merci de la découverte ;-)

Julie Raulet a dit…

C'est avec plaisir que je partage cette lecture. Vous verrez, la langue est vraiment très belle. J'espère qu'il vous plaira et je pense que vous apprécierez d'autant plus que vous connaissez les règles du baseball. Bonne future lecture !